Les histoires de Joséphine

24 décembre 2018

L'Effet schizomètre. Quand l'art brut dégivre la psychopathologie

Mon nouveau roman-photo est sorti en librairie le 6 décembre 2018.

Il s'agit d'un documentaire, un docu-photo donc, construit sur le même modèle que Pauline à Paris, donc en utilisant des photos et des images d'archives de natures diverses. Car je pense que le média "roman-photo" est parfaitement adapté au genre documentaire. Ce travail me permet de le démontrer.

Le titre : L'effet schizomètre. Quand l'art brut dégivre la psychopathologie.

Roman_photo_Marco-Couverture

Editeur : Epel
ISBN : 978-2-35427-193-0
Format : 128 pages couleur, 22cm x 17cm
Site de l'éditeur : voir ici

Acheter le livre en ligne sur Decitre : cliquer ici
Acheter le livre en ligne sur la Fnac : cliquer ici
Acheter le livre en ligne sur Amazon : cliquer ici

Lire les premières pages : cliquer ici

Alors, de quoi s'agit-il ? Le documentaire parle d'un artiste assez atypique, catalogué un peu rapidement du côté de l'art brut, que j'ai découvert en 2010 à la maison rouge, une galerie d'art parisienne qui a fermé ses portes en octobre 2018.

Je suis donc parti à la rencontre des spécialistes de l'oeuvre de cet artiste qui s'attaque aux classifications psychiatriques, issues d'un manuel international appelé DSM, et qui étiquette la folie humaine. D'aucun soupçonne le DSM de chercher à classer les passions humaines et, sous couvert de scientificité, de permettre aux laboratoires pharmaceutiques d'écouler toujours plus de médicaments. On pourra lire sur le même sujet l'excellente bande dessinée Moi Fou (voir ici) de Antonio Altarriva et Keko.

Et donc, Marco Decorpeliada, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a eu une révélation. Les codes du DSM sont les mêmes que ceux des catalogues Picard surgelés ! Et non seulement ils sont les mêmes, mais il s'avère rapidement que les catalogues Picard surgelés couvrent mieux le champ de la psychopathologie que le DSM.

On comprend qu'une telle découverte ait été longtemps masquée par le monde très (trop ?) sérieux de la psychiatrie. Marco la révelle au grand jour en 2010 lors de l'exposition de ses oeuvres à la maison rouge (voir ici ou encore ici). L'effet schizomètre s'intéresse donc aux effets qu'a eu cette exposition dans le monde de la psychiatrie, de la psychanalyse, mais aussi dans le monde de l'art, des sciences de gestion (lire ici), et même de la chimie molléculaire. Car Marco Decorpeliada a fait bouger des certitudes, et sa critique des classifications s'étend à tous les domaines.

Le texte du livre s'inspire très largement d'une série de conférences auxquelles j'ai pu assister (voir ici ou encore ici). Si vous désirez en savoir plus sur ces conférences, et connaître par exemple les dates des prochaines, contactez-moi (voir contact en bas du menu à gauche de l'écran).

Et si tout cela vous semble un peu étrange et absurde... ne vous étonnez pas, c'est normal ! Une seule solution pour comprendre, tout en s'amusant : acheter le livre.

Un dernier mot : Merci à Pauline pour cette superbe photo de Noël. Une idée de cadeau peut être :)

2018m12j19-Livre_Marco_par_Pauline