Les histoires de Joséphine

14 janvier 2018

La balançoire de plasma, de Pierre La Police et Jean Le Cointre

La balançoire de Plasma (5 volumes publiés enre 1996 et 1999 avant d'être réunis en 2005 dans un ouvrage unique) est un détournement : les auteurs utilisent des images issues de séries TV qu’ils déforment pour créer une histoire totalement étrange et irracontable (et assez décousue), à la limite entre l’humour, le paranormal, la science-fiction, l’absurde… Enfin, bref, il est quasiment impossible de décrire cet ouvrage hallucinatoire.

5-1995_a_2003-Balancoire_du_plasma-couv

Mais comme tout ouvrage hallucinatoire, même génial, il est sans doute destiné à demeurer unique en son genre.

Je précise que le fait que ce roman-photos soit un détournement de films de série TV aurait pu justifier d’être relégué dans ce que j’appelle « mon salon des refusés ». Mais son caractère unique suffit amplement à le considérer comme un véritable « roman-photos d’auteur », un de ces ovnis que je recense dans « mon salon » des roman-photos.

Couv_La_balançoire_T1    Couv_La_balançoire_T5

Un dernier commentaire : unique, la balançoire de plasma l’est aussi par sa date de création. Les années 1990 constituent la grande décennie désertique du roman-photos d’auteur. C’est pourtant à cette époque que, moi, je découvre le roman-photos à travers le spectacle de Royal de Luxe…

...mais c’est une autre histoire.

5-1995_a_2003-Balancoire_du_plasma-page xx  5-1995_a_2003-Balancoire_du_plasma-page xxx

07 janvier 2018

Marie-Françoise Plissart et Benoît Peeters

Si les ouvrages de Plisssart et Peeters, Fugues (1983), Droit de regards (1985), Prague (1985), Le mauvais œil (1986), marquent un moment important dans l’histoire du roman-photos, c’est sans doute autant par l’originalité de leur démarche, que par le fait qu’ils ont engendré la rédaction d’un grand nombre d’analyses théoriques et académiques, ouvrages et mémoires qui totalisent largement plus de pages que celles qui contiennent l’œuvre des artistes.

Les années 1980 sont des années fastes pour la création et l’innovation dans les narrations graphiques. Le terme roman-graphique n’était d’ailleurs pas en usage à l’époque, mais il regroupe assez bien tous ces courants qui englobent aussi bien les roman-photos, les bandes-dessinées, et tous les hybrides qu’ils ont engendrés. En quittant le ghetto de la littérature enfantine, la bande-dessinée engendrer des expériences diverses et fécondes. Le travail de Plissart et Peeters est une de ces expériences.

4-LeNouveauRP-1986-Le_Mauvais_oeil-Plissart&Peeters-page

Les œuvres de ces deux auteurs font partie de ces roman-photos qui cherchent à faire le pont entre la photo d’art et la narration graphique. Y parviennent-ils ? Oui, sans aucun doute. Mais n’ayant engendré aucune descendance, on peut penser que cela demeure une expérience isolée, un pont éphémère.

Ces ouvrages se caractérisent par une construction très intellectuelle qui rend difficile leur diffusion auprès d’un large public. On retrouve là des caractéristiques communes avec le nouveau roman, ou avec certaines œuvres cinématographiques de la nouvelle vague (plus Godard que Truffaut). Le « nouveau roman-photos » ne se destinait pas au grand public.

Plissart&Schuiten

Le rapport photo/texte est dominé par la photographie. Certaines photos occupent parfois la page entière. Le texte (quand il y en a) est intercalé entre les photographies, isolé dans le blanc de la page. Ce n’est pas pour autant un texte illustré, puisque c’est bien la succession des photographies qui conduit la narration (encore que... c'est moins évident pour Prague). Ce ne sont pas des livres de photos d’art accompagnées d’un texte, puisqu’il y a de véritables intrigues, de véritables histoires. Mais ce « nouveau roman-photos » illustre un paradoxe intrinsèque à la démarche : Une photo d’art est une photo qui se justifie par elle-même et une photo d’illustration, même si la photo est belle, demeure un accessoire au texte.

Croire qu’une succession de belles photos permet de conduire une narration n’est-il pas dès lors utopique ? Puisqu’une belle photo est par définition une photo qui doit pouvoir se regarder seule, indépendamment du récit dans lequel elle se situe !

Dans un roman graphique, les images doivent être au service de la narration. Elle doivent s’oublier en tant qu’images autonomes. J’irai même jusqu’à poser comme postulat que, dans un roman-photos, les photos ne doivent pas être belles. Non pas qu’il ne puisse pas y avoir de belles photos dans un roman-photos, mais elles ne doivent pas chercher à l’être. La photo doit toujours demeurer au service de la narration. Or les photos de Plissart sont belles.

Droits_de_regards-Plissart

Je rejoins en cela l’idée défendue par Grégory Jarry et les éditions Flblb (ça tombe bien, ils ont édité mon livre Pauline à Paris!) lorsqu’ils écrivent, dans le prologue au catalogue 2017 de leurs ouvrages, qu’il n’est pas nécessaire de faire de beaux dessins pour faire de la bande-dessinée. C’est la même chose en roman-photos. À mon avis, c’est la raison pour laquelle les expériences de Plissart et Peeters demeurent uniques. Elles sont donc intéressantes pour leur originalité, mais elle ne pouvaient pas engendrer un nouveau genre narratif.

J’encourage les lecteurs passionnés comme moi (mais j’ai bien conscience que mes goûts ne rejoignent pas nécessairement ceux du plus grand public sur ce point) à lire « La métalepse révélée au prisme du Mauvais œil, un roman-photo de Benoît Peeters et Marie-Françoise Plissart », article de Laureline Meizel (2009) ou encore « Du roman-photo » de Jan Baetens (1993), ou encore « Le roman-photo : un impossible renouveau ? » de Benoît Peeters (1996), ou encore « Entre scénarisation du visuel et visualisation du scénario, le paradigme de l’équilibriste dans les récits photographqiues de Benoît Peeters et Marie-Françoise Plissart » de Laureline Meizel (2007).

31 décembre 2017

Des réflexions sur le roman-photo dans Pauline

Entre la première version de Pauline à Paris, envoyée à mon éditeur, et celle qui fut publiée neuf mois plus tard, il y a eu de nombreuses modifications. Et une bonne vingtaine de pages supprimées ou largement modifiées.

Parmi les suppressions figuraient deux pages (qui, me semble-t-il avaient été publiées sur le blog, mais je n'en suis plus très sûr) qui évoquaient le média roman-photo et l'intérêt que je lui porte.

Je les reproduit ci-dessous pour le plaisir :)

Roman-photo_dans_Pauline-1a

Roman-photo_dans_Pauline-1b

Roman-photo_dans_Pauline-2a

Roman-photo_dans_Pauline-2b